Notes de lecture du Traité de l’Univers

mercredi 9 janvier 2013
par  J. Nicolas MAISONNIER

J’ai achevé en 2 mois une première lecture du Traité de l’Univers dans sa version de novembre 2012. Si 80 % du texte constitue pour moi, qui suit son auteur depuis longtemps, du connu, il n’en demeure pas moins qu’il contient des hypothèses nouvelles qui m’ont été difficiles à comprendre et surtout à accepter.
J’ai donc entamé début 2013 une seconde lecture en notant mes remarques que je commence à publier dans cette article.

Le connu c’est la logique du tiers référent (ou de l’accord) et la vision que l’histoire de l’Univers est celle d’accordages croissants qui ont mené localement à l’hominisation et qui continu avec l’humanisation culturelle.

L’hypothèse nouvelle que fait Xavier Sallantin est celle d’une Supersymétrie S entre l’électromagnètisme et ce qu’il appelle la gravito-inertie.

Il suppose en effet que la découverte récente de l’accélération de la fuite des galaxies est due à l’existence de charges gravifiques négatives. Il y aurait donc un parallèle entre charges électrostatique (positives ou négatives) et charges gravifiques (positives et négatives), ou entre les phénomènes électromagnétiqes visibles et ce qu’il nomme les baronèmes gravito-inertiels invisibles.

Et il va plus loin en liant ces champs de force à la géométrie de l’espace. Les détails donnés sur la concavité, ou la courbure mériteraient d’être mieux précisés.

Les démonstrations avancées sont presque toutes repoussées à plus tard.

Je publie en P.J. mes notes de lectures sur la partie 1.1 "Saisir l’histoire de l’Univers par les deux bouts"


Documents joints

Notes de lectures du Traité de l'Univers - (...)
4 pages