Le sens de l’humain réside dans l’humanité

vendredi 4 août 2006
par  Jean-Luc LEFEBVRE

Le sens de l’évolution et le sens de la vie sont emboités l’un dans l’autre comme des poupées russes qui se contiendraient mutuellement. Quelle est la raison d’être d’une existence individuelle, sinon de collaborer à la transmission de la vie et à l’évolution du savoir au profit des générations futures. Mais à quoi sert cette évolution apportant sans cesse davantage de moyens à l’humanité, si ce n’est pour procurer à chacun de ses membres davantage de plénitude. A quoi peut vraiment servir le progrès scientifique et technologique, si ce n’est à améliorer les conditions de vie des hommes, pour les rendre plus heureux. Inversement à quoi sert-il d’être heureux sur le plan individuel, si ce n’est pour contribuer au bonheur de ses semblables.

Destins individuels et destin global sont indissociables.

Chaque être humain, par ses actions, ajoute ou retranche à la destinée de l’humanité toute entière. Inversement, l’humanité toute entière conspire à la réalisation de chaque être humain. Plus chacun sera conscient et imprégné de l’intérêt général, plus les réalisations globales seront justes et vertueuses et contribueront à la satisfaction légitime du plus grand nombre.

Le global et l’individuel sont résolument liés : chaque homme et chaque femme sont de plus en plus dépendants de la maturité et de la cohérence de l’humanité toute entière, tout comme le sort de notre espèce est suspendu à l’action de chacun d’entre-nous. A l’ère nucléaire et constatant la généralisation de la démocratie, l’élection d’un mauvais dirigeant par des millions de citoyens peut précipiter l’apocalypse, tout comme l’union des énergies de solidarité peut éradiquer famines, maladies et bon nombre de catastrophes que la science et les technologies développées par l’homme lui permettent de prévoir, de contourner, d’éviter ou d’affronter en en réduisant les effets dévastateurs.

Décidément, si l’humanité a un avenir, il est dans le développement de l’humanisme individuel. Si l’existence individuelle a un sens, il est au service de l’humanité toute entière.
A chaque fois que nous apportons des restrictions au champ de notre conscience et de notre solidarité nous divisons le genre humain, nous élevons des frontières, nous freinons l’achèvement de cette œuvre en devenir. A chaque fois que nous dépassons nos propres barrières culturelles, religieuses ou mentales pour être solidaires de notre prochain, nous brisons les frontières artificielles établies par les hommes et nous contribuons à l’avènement d’une humanité épanouie, accueillante, et gratifiante pour chacun de ses membres.

Le sens de l’humain réside dans l’humanité et vice versa !