Poster un commentaire à la suite de l’article...

mercredi 12 décembre 2012
par  Xavier SALLANTIN

Mon "Traité de l’Univers" avance ..

Xavier Sallantin publie en continu son Traité de l’Univers sur le Site www.béna.com (fermé fin 2013)
Le 12 décembre 2012 il a envoyé une version papier de 245 pages à quelques personnes. Elle s’arrête à l’introduction du Titre 2.3. Nous la joignons en P.J. de cet article.
Le 12 février 2013, nous avons (...)

En réponse à...

Logo de Xavier SALLANTIN
mercredi 31 octobre 2012 à 06h39 - par  Xavier SALLANTIN

Merci pour tes précieuses remarques. Je vais t’envoyer incessamment la fin du § 224 où j’explicite mieux le point essentiel suivant qui te fait difficulté.
Le quadruplet trichrome du tableau 7 que j’appelle quadruplet-système ou quadruplet-clé est la formule numérisée de la logique trinaire . Ce quadruplet est un ensemble qui comprend deux sous–ensembles.
- Le premier sous-ensemble n’est autre que le quadruplet-clé , c’est à dire que ce quadruplet-clé est un ensemble qui se comprend lui-même en tant qu’ensemble contenant comme le fameux catalogue de Russell.
- Le second sous-ensemble est un triplet qui définit les trois éléments contenus dans l’ensemble contenant . En termes théologique on pourrait écrire cette formule de la logique trinitaire : Dieu [Trinité, (Père, Fils ,Esprit)]. Ce qui se numérise ; [blanc, (rouge, vert, bleu)] ; J’ajoute que le Blanc exprime l’accord de ces trois couleurs primaires comme un accord musical entre trois notes.

Donc le quaruplet-clé comprend sa définition en extension (Blanc) et sa définition en compréhension (trichromie RVB). C’est d’une extrême puissance.

La numération quaternaire intriquée du Tableau 7 est donc tout à fait différente d’une table de la numération quaternaire classique du fait de cette loi de composition interne entre les 4 chiffres qu’ignore la Théorie des Nombres. Cette distinction est le fondement du paradigme trinaire que j’introduis.

Il n’y a pas une indétermination mais trois indéterminations pour la lecture de chaque quadruplet du fait des trois bogues créés par la bipolarisation des trois axes. L’écriture linéaire des nombres conduit à superposer le bogue vertical (étagement d’une pile) et le bogue longitudinal (rang dans une file) mais la superposition de ces deux symétries conduit paradoxalement dans le cas des palindromes à une violation de symétrie ; c’est là que je trouve tout à fait saisissant que soient palindromes les seuls triplets numérisant les quarks strange et charm.

On est au fondement commun de la logique, de la physique et des mathématiques et il est normal d’avoir du mal à appréhender une telle abstraction mais la trichromie me paraît un outil trivial qui traduit parfaitement et clairement cette intrication qui n’ a rien d’inextricable : le mystère trinitaire est démystifié.

Attention par ailleurs à la distinction que je fais entre la supersymétrie épiphane /épibare et la symétrie PRO/ANTI . Dans la symétrie PRO/ ANTI le triplet est inchangé, seul est changé support qui de Blanc devient Noir : on passe de l’expression PRO du triplet en positif photographique à son expression ANTI en négatif photographique.

Dans la supersymétrie épiphane/épibare le fond passe encore du Blanc au Noir mais le trplet est cette fois changé ; il n’est plus exprimé en RBV mais en CJM.

Il m’ a fallu tant d’années pour assimiler la logique trinaire que je désespère de trouver un seul lecteur de mon traité de l’Univers. Le seul moyen d’en ferrer peut-être quelques uns est dans l’annonce de résultats qui pourrait se réduire à ceci : la découverte du système de numération trinaire et trichrome qu’utilise la Nature pour numériser et qui préside dès le big bang à l’écriture du génome de l’Univers.
XS

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Brèves

14 mars - Gravité et anti-gravité

La matière noire (qui serait à l’intérieur des galaxies) et l’énergie sombre (qui serait la cause de (...)