Xavier Sallantin de 1962 à 1978,

Un précurseur de la stratégie globale
samedi 22 novembre 2008
par  Jean-Luc LEFEBVRE

Xavier Sallantin est cité avec déférence par quelques grands esprits de son temps. Jean Guitton lui accorde notamment une préface élogieuse en ouverture de l’ouvrage L’épreuve de force publié en mars 1976 [EF 5-6]. Selon les propres termes de l’académicien, l’homme modeste qu’est le Commandant Sallantin incarne trois caractères précieux : une culture stratégique, mais plus complète que la stratégie classique, celle de Clausewitz de Jomini et de Foch qui était surtout une stratégie continentale [...], le sens politique (au sens ancien de Politique, comme Platon dans son extension et sa dignité) [...], être philosophe et même métaphysicien.

Comment se fait-il que le capitaine de vaisseau Sallantin ait quitté le service actif en janvier 1974, au terme de 32 années au service de la Marine et de la Défense nationale, après avoir publié trois essais fort remarqués et de nombreux articles, sans que les professeurs des Écoles de guerre, puis du Collège interarmées de défense, n’aient conservé la mémoire de ses travaux ? Seul Hervé Coutau-Bégarie fait une référence indirecte à ce penseur en citant Raymond Abellio qui affirme dans son Manifeste pour une nouvelle Gnose que l’œuvre de Xavier Sallantin est l’une des plus importantes de notre temps .

Le mémoire ci-joint tente de répondre à cette question.

(139 pages - Copyright J.Luc Lefebvre)


Documents joints

De 1962 à 1978, un précurseur de la stratégie (...)