Forum sur l’avenir du Groupe Béna

En préparation à la réunion de novembre 2007
lundi 6 août 2007
par  Eric LOMBARD

Le forum ci dessous est ouvert pour permettre aux membres du groupe Béna de dire (ou redire) ce qu’ils en attendent, pour eux et pour le groupe, et de fixer les conditions et les modalités de leur participation.

Afin de faciliter les échanges, j’essaierai de faire une synthèse en temps réel de vos contributions selon la méthode mise au point avec hyperdebat.

Pour poster un message dans le forum, c’est très simple, pas besoin d’identifiant ou de mot de passe. Il suffit de cliquer ci-dessous sur "Répondre à cet article" et de se laisser guider.

Titre : Par défaut apparaitra le titre de cet article (Forum sur l’avenir du groupe Béna), mais je vous conseille de le remplacer par un titre qui résume ou caractérise votre contribution

Texte : Structuré (paragraphes) et pas trop long.

Qui êtes-vous : N’oubliez pas d’indiquer votre nom ou votre prénom (ne pas mettre d’email)

Ensuite, cliquez sur Voir ce message avant de le poster.
Après relecture et corrections éventuelles, cliquez sur Message définitif, envoyer au site


Commentaires  forum ferme

Logo de Bernard C
samedi 10 novembre 2007 à 09h25 - par  Bernard C

Mes questions sur l’avenir du GB (groupe Béna) sont les mêmes que vous tous bien sûr. La 1ère étant : Quelles MISSIONS seront les notres ?
Mes réponses rassemblent celles déjà évoquées signifiant mon accord.

1 - Aider Xavier à formuler 1 et 2
- aide à formuler 1 : il me semble que Xavier a souhaité que le canal privilégié soit celui du nouveau site METABENA
- aide à formuler 2 : des applications , il me semble que celà pourrait nous revenir, par binome ou petit groupe sur la base de nos affinités, tant le champ des disciplines est vaste. Par exemple je me proposerais pour "la sociologie... des organisations humaines" ayant été DRH et ayant enseigné " la conduite de projets de changement". Dans ce domaine l’apport de Patrick Banuls serait essentiel.

2 - "faire connaître la TGS" ou en d’autres termes liè au travail de Xavier, "communiquer" sur la TGS
- déjà évoqué et en préparation ,auprès du public des jeunes scientifiques : scientifiques car l’approche rationnelle de Xavier est, à mon ÉÉsens, très élaborée ; les jeunes, car les préjugés et enjeux professionnels sont peu marqués donc pas encore contraignants
- autre public par exemple celui des "amis de Teilhard de Chardin ? mettant l’accent sur le travail de Xavier intégrant toutes les avancées scientifiques dont Teilhard avait l’intuition mais qu’il ne pouvait connaître de son temps et qui sont apparues en croissance exponentielles depuis et que Xavier suit méticuleusement avec pour exemple "la théorie du tout physique avec le boson de Higgs"

Logo de Michel GODRON
lundi 22 octobre 2007 à 16h02 - par  Michel GODRON

Je suis d’accord avec les conditions posées par Xavier Sallantin dans son message introductif.
Mon souci est que le Forum soit un lieu d’échanges où l’on répond directement et explicitement aux messages des participants, en suivant un plan de travail pré-établi.

Logo de J. Nicolas MAISONNIER
jeudi 18 octobre 2007 à 21h43 - par  J. Nicolas MAISONNIER

Je suis d’accord avec le message de Xavier du 9 août et celui de Jean-Luc. L’objectif principal du Groupe Béna est bien de contribuer à démontrer que le logique trialectique et le postulat d’un accordage graduel entre l’action et le nombre conduisent à une meilleur explication des découvertes scientifiques (en particulier concernant le début de l’Univers comme le souligne Michel G, mais aussi les autres franchissements de seuils) et à des prédictions nouvelles.

Pour mieux assimiler cette logique et la formaliser, il est sûrement utile de se lancer sans trop attendre dans sa diffusion. En commençant par des exposés courts devant de petits publics ? C’est souvent en voulant expliquer une chose qu’on la comprend mieux.

Je ne dois plus qu’une quarantaine de jours de travail à EDF. En janvier je serais plus disponible pour le Groupe Béna, en particulier pour administrer ce site si Eric, son créateur, confirme qu’il veut passer la main.

jeudi 23 août 2007 à 12h11

Oui, le Groupe Béna n’est viable que s’il reprend la réflexion sur les fondements (logique trine et les 3 accords) des Livres 1 et 2.

Pour que cette réflexion soit constructivre, il faut que les membres du groupe répondent aux remarques émises pas l’un des membres du groupe dans un délai raisonnable.

Logo de Xavier SALLANTIN
jeudi 9 août 2007 à 07h28 - par  Xavier SALLANTIN

Je suis tout à fait favorable au projet d’un forum sur l’avenir du Groupe Béna mais je voudrais déposer une “motion préalable”car Béna est un label dont je revendique la paternité. Ce pavillon ne saurait recouvrir n’importe quelle marchandise.

Lors de la création de la Société Civile BÉNA en 1970, l’acte authentique stipulait qu’en ce lieu-dit Béna était projeté l’établissement d’une“Base Base d’Épistémologie Naturelle” (B.É.Na). Je pense maintenant qu’on avait vu juste mais on a dû abandonner cette raison sociale car les gens du pays ont cru que nous étions une secte voulant créer une base naturiste !
Il reste que l’objectif de notre fondation était l’élaboration et l’approfondissement de la logique qui se prétendait naturelle sur laquelle je travaillais déjà depuis vingt ans. J’appelle désormais logique trine ou trialectique cette logique ternaire qui se veut plus puissante que la logique binaire classique qui fonde la numérisation digitale. Elle se présente comme un outil conceptuel nouveau qui postule que les principes aristotéliciens d’identité, de non contradiction et de tiers exclus sont en fait surdéterminés par un tiers terme de référence. Dès lors qu’existe au sein d’un ensemble une discrimination commune entre le sous-ensemble des éléments A et le sous-ensemble des éléments Non A , il est impliqué que tous les éléments de l’ensemble sont préaccordés sur un Tiers référent, critère de cette discrimination.
Ce postulat est notamment attesté dès le Big Bang par le quantum d’action de Planck qui fait le partage dans la Nature entre l’expression subquantique et l’expression surquantique seule observable. La constante de Planck est le sceau d’un préaccord ontologique entre l’action, notion physique qualitative et le nombre, notion arithmétique quantitative. De ce premier signe d’expression procède toute numérisation naturelle ou culturelle.
Le Livre Zéro est une introduction à cette théorie d’une numérisation naturelle (TNN) par degrés successifs d’accord croissant entre réalité signifiante et idéalité signifiée. Elle tend à expliciter les niveaux respectifs d’une communication toujours plus informée entre les particules élémentaires, entre les éléments simples et leurs composés chimiques, entre les êtres vivants, entre les êtres pensants. Le Livre Un sera l’exposé de cette TNN qui devient une Théorie Générale du Sens (TGS) dans la mesure où elle inscrit l’histoire de l’Univers entre une explosion initiale d’énergie totale dont la qualité se dégrade et une implosion finale d’information totalisée dont la quantité augmente. Tel est le “projet Béna” qui ne sera validé que si ces applications confirment les connaissances scientifiques actuelles tout en leur apportant un surcroît d’ intelligibilité. Il faut démontrer que cette logique trialectique est supérieure à la logique dialectique en vigueur car elle entraîne un progrès de la connaissance du réel comparable à celui que la couleur apporte par rapport à sa représentation en noir et blanc.
La TGS se positionne donc comme un changement radical de paradigme car à la relativité épistémologique qui prévaut aujourd’hui elle oppose l’élucidation d’un référentiel absolu auquel elle rapporte les degrés de liberté d’une évolution naturelle et culturelle, comme la règle d’un jeu surdétermine ses aléas. Ce “retournement de la science” anticipé par Hegel et actualisé de nos jours par des phénoménologues tels que Michel Henry, est une hypothèse tellement révolutionnaire qu’elle convient d’être adoptée avec circonspection. Mais la spécificité du “projet Béna” est d’avoir pour fin la découverte d’un tel catalyseur qui n’est nullement l’objet de divers groupes interdisciplinaires tels que le “Projet nouveau regard”(Dom Gérard Lafont), l’UIP (Jean Staune), où le CIRET (Basarab Nicolescu). L’intérêt de tels groupes n’est nullement contesté mais il apparaît à Béna que l’humanité, aujourd’hui en danger de mort lente ou brutale, appelle la catalyse urgente d’un précipité de portée universelle sans commune mesure avec les recettes partielles et controversées que préconise le développement durable. On ne voit pas comment elles pourront réaliser à temps l’unanimité d’humains encore si attachés à leurs particularismes ethniques, idéologiques, nationaux ou religieux ; il n’est plus temps de se disperser dans la multidisciplinarité ; il faut faire l’hypothèse audacieuse de l’émergence d’un concept véritablement transdisciplinaire qui transcende cette quête tous azimuts. C’est d’ailleurs ce que fait aujourd’hui la science la plus officielle lorsqu’elle cherche à découvrir, avec le champ de Higgs la clé de voûte de la Théorie Standard. Il rendra compte de la masse des corps qui traduit la résistance universelle au changement et l’augmentation générale de l’entropie, mais aussi de la résonance singulière dont l’accordage par degrés est en définitive responsable des émergences toujours plus locales de la matière de la vie et de la pensée et de l’existence de cherhcuers d’une vérité universelle.
Ma motion préalable dispose donc que le chantier Béna est celui du Sens dans la ligne générale est définie par le Livre Zéro. L’avancement de ce chantier se fait par approximations successives. Sa progression appelle le doute méthodique, la critique, l’approfondissement, la formalisation, la validation et l’acceptation que cette ligne de recherche puisse en définitive apparaître comme une impasse. Auquel cas je n’hésiterais pas à reconnaître que je me suis fourvoyé. Dans l’attente d’une telle éventualité que je n’exclue nullement, je poursuis obstinément ma tâche tout en sachant que le chantier Béna a besoin de tous les corps de métier, qu’ils soient spécialisés dans les sciences dures ou les sciences humaines. En pleine conscience de ce que cette problématique est hors norme, je ne cherche pas à embaucher ni encore moins à débaucher ceux qui travaillent sur d’autres chantiers qui s’avèreront peut-être plus utiles que le chantier Béna. Mais si à l’avenir le Groupe Béna devait adopter une autre problématique que celle ici esquissée il lui faudrait changer d’étiquette.

Logo de Jean-Luc Lefebvre
mercredi 8 août 2007 à 14h43 - par  Jean-Luc Lefebvre

Xavier a consacré la moitié de sa vie à échafauder la TGS dont il estime tout juste le canevas suffisamment présentable pour le publier dans sa récente édition du "Pas du sens".
Il fait référence à un Livre 1 détaillant la TGS et à un Livre 2 relative à ses applications.
Tant que Xavier est parmi nous, il me semble que la mission urgente du groupe Béna doit être de l’aider à formuler ces 2 livres encore en gestation en apportant nos remarques constructives et nos contributions dans les domaines relevant de nos diverses compétences.

Parallélement, j’appuie l’initiative de Bernard Carré de faire connaître la TGS dans le milieu universitaire par des conférences d’initiation et d’échange avec des étudiants.

JLL

Logo de Eric LOMBARD
lundi 6 août 2007 à 19h03 - par  Eric LOMBARD

Pour ma part, je souhaiterais que le Groupe Béna devienneun lieu de discussion où les idées de chacun seraient critiquées par les autres membres du Groupe. Ceci exigerait que :

1) Les membres du Groupe soient d’accord sur un objectif qui pourrait être, par exemple : "Comment les idées fondamentales de Xavier Sallantin peuvent-elles être reprises dans un essai général de compréhension de l’origine de l’univers ?" Cette question générale devrait évidemment être décomposée en un petit nombre de sous-questions formulées par celui des participants qui formulerait la sous-question et proposerait des éléments de réponse.

2) Que les autres membres du Groupe envoient leurs critiques dans un délai inférieur à un mois à ces propositions.