Lumière et synthèse des couleurs

lundi 17 novembre 2003
par  Eric LOMBARD

Synthèse additive et soustractive des couleurs.
Notions de noir et de blanc









Page vierge destinée à contenir la synthèse des discussions du forum situé au bas de la page.










Commentaires  forum ferme

Logo de Alain BRUYERE
mercredi 26 novembre 2003 à 10h23 - par  Alain BRUYERE

Merci pour ces éclaircissements. J’espère qu’on va pouvoir vérifier les différentes combinaisons car même si ce n’est pas l’essentiel du message de Xavier, il faut que d’un point de vue scientifique, cela soit correct. Je vais réessayer de formaliser cela avec les nouvelles infos que tu nous donnes.

Logo de Eric LOMBARD
lundi 17 novembre 2003 à 19h28 - par  Eric LOMBARD

Je pense bien connaitre le sujet, pour avoir travaillé 5 ans chez Kodak a la mise au point de papiers photo couleur.
Je crois qu’il y a un certain nombre de confusions, aussi bien chez Xavier que chez Alain. La premiere est qu’un fond noir reste noir, que l’on projette dessus de la lumiere blanche ou de n’importe quelle couleur, puisque par definition, une surface noire est une surface qui absorbe a 100% toutes les longueurs d’onde visibles.
Pour "voir" la couleur d’un faisceau, il faut le projeter sur un fond blanc, qui par definition refléchit 100% des longueurs d’onde visibles.
Sur ce fond blanc, on peut visualiser :
- soit une synthese additive, en projetant plusieurs faisceaux
- soit une synthese soustractive, en projetant un faisceau de lumiere blanche sur le trajet duquel on aura interposé des filtres YMC par exemple.

Mais ce probleme ne me semble pas tres important, puisque l’objectif de Xavier est de faire comprendre par analogie les concepts logiques d’inverse, de complementaire et de contraire. Et, malgre cette aide s’appuyant sur un domaine qui m’est pourtant familier, j’avoue ne pas bien comprendre. Il me faut sans doute aller plus loin dans la lecture de la TNN ...

Logo de Alain BRUYERE
lundi 17 novembre 2003 à 19h24 - par  Alain BRUYERE

(cfr pages 68-69 et 96 qui pour moi sont non cohérentes voire contradictoires)

Légende :
- B=Bleu
- V=Vert
- R=Rouge
- BL=Blanc
- C=Cyan
- J=Jaune
- M=Magenta
- N=Noir

Composition additive p 98 :
- R+V=J
- R+B=M
- B+V=C
- R+V+B=BL

En réalité il faudrait écrire, puisque qu’on projette sur un fond Noir, des couleurs qu’on "additionne" :
- N+R+V=J (1)
- N+R+B=M (2)
- N+B+V=C (3)
- N+R+V+B=BL (4)

Ceci est également valable pour la p 96 mais il faut remplacer dans le texte p 96 Synthèse additive par Composiiton additive

Ce qui donne en Composition soustractive, puisque là on part du Blanc dont on "retire" des composantes :
- BL-M=V (5)
- BL-C=R (6)
- BL-J=B (7)
- BL-M-C-J=N (8) et non comme indiqué p 68, Composition soustractive, M+C+J=N

Ceci est également valable pour la p 96 mais il faut remplacer dans le texte p 96 Synthèse négative par Composition soustractive

Bien passons à la Synthèse. La Synthèse additive, elle, fait intervenir une couleur de base (R ou V ou B) et une couleur "composée" obtenue par Composition additive (J ou M ou C) pour obtenir le BL, tandis que la Composition additive, elle, ne fait intervenir que des couleurs de base pour obtenir une couleur "composée" (J ou M ou C).

Alors Synthèse additive :
Partant de (4) et remplaçant successivement dans (1), (2), (3) on obtient
- J+B=BL
- M+V=BL
- C+R=BL
On retrouve bien les formules de la p 69 : Synthèse additive

Passons à la Synthèse soustractive. La synthèse soustractive, elle, fait intervenir une couleur de base obtenue par Composition soustractive (V ou R ou B) et deux couleurs "composées" obtenues par Composition additive (J ou M ou C) pour obtenir le N, tandis que la Composition soustractive, elle, ne fait intervenir que les couleurs composées pour obtenir une couleur de base (R ou V ou B).

Alors Synthèse soustractive :
Partant de (8) et remplaçant successivement dans (5), (6), (7), on obtient
- V-C-J=N (9)
- R-M-J=N (10)
- B-M-C=N (11)

et non comme indiqué à la p 69, Synthèse soustractive, N-C=N-M-J=R ; N-M=N-J-C=V ; N-J=N-C-M=B, qui est incohérent car cela signifierait C=M+J, M=J+C et J=C+M, ce qui est faux car d’après (1), (2), (3), M+J=N+R+B+N+R+V=BL+N+R=R, J+C=N+R+V+N+B+V=BL+N+V=V, C+M=N+B+V+N+R+B=BL+N+B=B

avec mes formules (9), (10), (11), j’obtiens pour M+J =R-N=R, J+C=V-N=V, C+M=B-N=B, ce qui est cohérent avec les 3 égalités ci-dessus ou encore V=N+C+J => (en fonction de (1) et (3)) V=N+N+B+V+N+R+V=N+BL+N+V=V

Pourquoi BL+N+R=R ou BL+N+V=V ou BL+N+B=B ou N+BL+N+V=V ?

Attention, il ne s’agit pas de mélange comme quand on mélange des pots de peinture ; il s’agit de projeter de la lumière blanche sur un fond noir, ce qui donne bien de la lumière blanche et si, sur un fond blanc, on projette de la lumière rouge on a bien du rouge. Idem pour les autres

Bon c’est peut-être un peu compliqué mais pour moi, c’est plus logique.

Brèves

11 février 2016 - Oui, l’espace-temps vibre gravement !

Albert, pardon, Monsieur Einstein, il y a 100 ans, l’avait prédit dans sa théorie de la relativité (...)